Renault Trucks entretient le Dévorah !

Classé dans : Ils s’engagent pour notre Reyssouze | 0

Un partenaire investit pour la préservation du ruisseau !

L’entrée Nord du site du groupe Volvo est souvent soumise à des pollutions visuelles occasionnées par les routiers arrivant sur le site. Après plusieurs échanges avec notre syndicat, l’entreprise a décidé de mettre en place une mesure de réouverture du milieu naturel. Ainsi, 9000 € ont été investis.

L’objectif. Dissuader les chauffeurs routiers d’utiliser le secteur comme un dépotoir.

Une opération à double effet !

Le cours d’eau du Dévorah est traversé par la route départementale 117a, mise en service au début de la deuxième décennie des années 2000. Au cours des travaux de construction du tracé, le Conseil Départemental de l’Ain a employé des techniques de génie végétal pour stabiliser les berges, éviter l’érosion des sols et régénérer la ripisylve sur les linéaires du cours d’eau impactés par le projet.

Toutefois, sans entretien depuis plusieurs années, cette zone se refermait progressivement et les espèces hélophytes (plantes aquatiques inféodées aux milieux aquatiques) se voyaient concurrencées par les ligneux et les ronciers. De plus, les espèces remarquables du secteur, tel que la Lamproie de planer ou l’Agrion de Mercure, qui ont besoin de secteurs ensoleillés, se voyaient également impactées par cette évolution naturelle.

L’opération mise en place par Renault Trucks aura également des répercutions positives pour l’écosystème du Dévorah, notamment pour :

  1. retrouver des milieux naturels accueillant pour les espèces patrimoniales
  2. dynamiser la ripisylve du cours d’eau

Le Dévorah, un milieu unique !

Le secteur du Dévorah fut analysé à plusieurs reprises de 2009 à 2011. Ainsi, la FRAPNA, le groupe SYMPETRUM et la Fédération de pêche de l’Ain ont publié des études naturalistes pour mieux comprendre le fonctionnement de ces écosystèmes et faire connaître le patrimoine naturel existant.

Plusieurs habitats naturels et espèces de faune et de flore remarquables ont été recensés. Nous pouvons notamment citer la truite fario, l’Épinochette, la Lamproie de Planer, l’Agrion de Mercure, la Morène ou encore la Cordulie à corps fin.

Ces analyses mettent en avant des habitats naturels de qualité mais menacés notamment par une fermeture progressive des milieux.

Une valorisation de ces milieux est en vu ces prochaines années puisque le SBVR et ses partenaires sont en train de rédiger un plan de gestion pour préserver ces sites.

Laissez un commentaire