Simulation en absence de haies et de ripisylves et en présence d’agriculture intensive

haie rip zt

En absence de haies et de ripisylve, les pollutions azotées se cumulent tout au long du versant et s’accumulent directement dans la rivière par les phénomènes de lessivage et d’écoulement. Les apports aux cours d’eau sont très importants. Il y a une absence de protection du cours d’eau.

Le scénario est sensiblement le même avec des prairies extensives.

Simulation en absence de haies et en présence de ripisylves et d’agriculture intensive

haie rip zt (1)

La protection n’existe qu’en bordure de rivière où la ripisylve fonctionnelle a été maintenue. Cette dernière va piéger une partie de la charge azotée qui circule dans les eaux souterraines, limitant ainsi les apports à la rivière. Ceux-ci reste toutefois présent par les écoulements dans les drains et fossés qui se jetteront in fine dans la rivière.

Simulation en présence de haies, de ripisylves et d’agriculture intensive

haie rip zt (2)

L’implantation de haies en rupture de pente empêche les concentrations élevées de nitrates le long du versant. La présence d’une ripisylve fonctionnelle complète la protection de la rivière. Elle absorbe l’eau qui s’infiltre le long du système racinaire et réduit ainsi les écoulements. Le risque d’érosion est beaucoup plus faible. Les apports à la rivière sont fortement réduits.