Le SBVR et le Lycée des Sardières s’associent face aux enjeux « ressources » et « qualité de l’eau »

Classé dans : Actualités | 0

Le lycée des Sardières a fait appel au SBVR pour porter et valoriser une partie du projet pédagogique PROCADé.

PROCADé est l’acronyme de « De la protection d’un captage d’eau potable et de la lutte contre les pollutions diffuses vers un projet de veloppement local ». Le but de ce projet est d’étudier les pratiques agricoles sous l’angle technico-socio-économique pour les valoriser localement, c’est-à-dire sur le bassin de vie de Bourg en Bresse.

Lisa Perrot, ingénieure agronome, a été recrutée en septembre 2017 comme cheffe de projet pour mener à bien cette mission.

Les ressources en eau sont un enjeu majeur pour les territoires, comme le bassin de Bourg-en-Bresse, situé en zone sensible quant aux nitrates et phytosanitaires. Le cadre réglementaire et contractuel et les incitations locales (directive cadre sur l’eau, arrêtés d’application des produits phytosanitaires, captages prioritaires,  contrat de rivière…) interrogent les pratiques agricoles et aménagements et l’évaluation de leurs impacts, mais aussi les modalités d’accompagnement au changement et la professionnalisation des acteurs de terrain.

De nombreuses initiatives, études et essais se développent, tant du côté de la recherche que du côté des agriculteurs, regroupés ou non. Des références scientifiques et techniques commencent à émerger et nécessitent d’être capitalisées et complétées d’une approche économique et pédagogique pour pouvoir être partagées, valorisées et transférées afin de convaincre de nouveaux opérateurs économiques et prescripteurs.

Depuis quelques années, dans l’optique d’améliorer la qualité des eaux, le SBVR cherchait à mettre en place un système expérimental de traitement des eaux de drainage avant rejet dans les cours d’eau sous la forme d’une Zone Tampon Humide Artificielle (ZTHA). Le partenariat avec le lycée des Sardières était idéal car son exploitation possède des parcelles cultivées drainées en bord de cours d’eau.

systeme procade

Le SBVR a lancé en avril 2018 une étude avant-projet qui identifiera les différentes possibilités d’aménagements pour retenir temporairement les eaux de drainage et de ruissellement et provoquer un abattement de la concentration en nitrates et pesticides avant rejet dans le Jugnon. Elle est réalisée par le bureau d’études Réalités Environnement à Trévoux.

Le but de cette implantation est à visée multiple. La première est expérimentale. En effet, le SBVR cherche des solutions pour réduire l’impact des pratiques agricoles en milieu drainé sur la qualité des eaux superficielles en laissant séjourner les eaux de drainage dans une zone de rétention avant relargage dans le Jugnon. La deuxième est pédagogique. Le futur aménagement sera non seulement accessible aux élèves et étudiants de l’EPLEFPA des Sardières mais aussi aux agriculteurs souhaitant en découvrir les tenants et aboutissants, les intérêts et les difficultés. Le premier objectif est de faire un suivi sur plusieurs années, de l’évolution des rejets en fonction des itinéraires techniques culturaux, et de l’évolution de la ZTHA. Le second est de pouvoir reproduire ce système dans des parcelles agricoles cultivées en bord de cours d’eau sur le bassin versant de la Reyssouze pour les agriculteurs volontaires.

Les résultats de l’étude sont attendus pour l’automne 2018.

Pour plus d’informations, contacter Héloïse GRIMBERT, chargée de mission Pollutions diffuses au SBVR :

heloise.grimbert@syndicat-reyssouze.fr ou 04 74 25 49 62

Laissez un commentaire