Les cours d’eau traversent des formations géologiques issues exclusivement de roches sédimentaires. Les nombreux niveaux rendent l’hydrogéologie du bassin particulièrement complexe. Deux nappes souterraines sont intéressantes : la nappe du couloir de Certines au sud de Bourg en Bresse utilisée pour l’eau potable dont le toit est perméable, et la nappe alluviale de la Reyssouze utilisée ponctuellement.

geologieLa Reyssouze prend sa source dans le massif karstique de calcaires jurassiques du Revermont. Elle traverse ensuite les marnes bleues de Bresse, puis les limons bressans (argileux) et les anciennes moraines du quaternaire. Son lit proprement dit est constitué d’alluvions récents. Sa largeur moyenne est de 2 km. Il suit pratiquement une paléo-rivière du quaternaire. Certains alluvions anciens sont mis à jour entre Bourg et Viriat (galets silicieux). La couche de graviers, depuis Montagnat jusqu’à Montrevel, est régulière avec une épaisseur de 8 à 10 m. Elle est recouverte d’une faible couche de terre végétale et de limons. En certains points (Viriat), la couche de graviers peut atteindre 20 m, en d’autres elle est moins régulière (Pont de Vaux). Les couches argileuses sont alors plus fréquentes. La couche de graviers blancs constitue l’aquifère de la nappe de la Reyssouze. La granulométrie permet une bonne circulation des eaux souterraines et une capacité d’emmagasinement importante.