Tossiat, commune engagée dans la charte régionale “objectif zéro pesticide dans nos villes et villages”

Classé dans : Actualités | 0

Entretien avec Claude Brendel, déléguée SBVR et élue à la commune de Tossiat

Depuis combien d’années êtes-vous élue à la commune de Tossiat ? Et au SBVR ?

 

Je suis actuellement dans mon 4ème mandat, c’est-à-dire que je suis élue depuis 1995. Quant au SBVR, j’ai été déléguée titulaire lors de mes deux premiers mandats, ce qui m’a permis d’assister à la signature du premier contrat de rivière en 1997. Déléguée suppléante de 2008 à 2014, j’ai repris une place de titulaire lors de ce mandat.

 

 

La commune de Tossiat s’est engagée depuis 2016 dans la réduction de l’utilisation des pesticides sur la voirie et les espaces verts en réalisant un Plan de Désherbage Communal (PDC) et un plan de gestion différenciée, quelles ont été vos motivations ? Etait-ce une démarche collégiale, voulue par les élus et les agents ?

 

Notre démarche ne commence pas en 2016 : elle est l’aboutissement d’une lente évolution, d’une prise de conscience globale suscitée  par la politique environnementale et l’évolution des réglementations, mais également  par l’action du  SBVR, devenu ensuite le SIERA.Le syndicat a joué un rôle non négligeable dans ce processus : les échanges lors des réunions, les actions réalisées lors du premier contrat de rivière et l’analyse de ces actions ont eu un impact sur la réflexion des équipes municipales. Pourquoi ne pas prendre une part plus active à ces changements ? Quand on sait que les eaux de ruissellement aboutissent dans la rivière, n’est-il pas logique de vouloir agir en amont sur la qualité de ces  eaux ? C’est un constat un peu simpliste, mais la réponse adéquate est complexe. L’accompagnement proposé par le Syndicat a été déterminant. Dans une petite commune qui ne dispose pas de services techniques spécialisés,  on ne pouvait pas laisser passer l’opportunité d’avoir un technicien pour enclencher le Plan de Désherbage Communal.

 

Claude Brendel

Claude Brendel, déléguée du SBVR et élue à la commune de Tossiat

 

Si non, comment avez-vous réussi à les motiver ?

 

La motivation ne se décrète pas et la résistance au changement reflète le plus souvent un manque de connaissances. L’envie de changer résulte de la qualité des informations et passe par la formation. Nos agents ont passé le certyphito, ont participé à des présentations de matériel

 

Avez-vous été satisfaite de la prestation réalisée par le CFPH d’Ecully pour le PDC ? Que vous a-t-elle apporté ? Qu’a-t-elle apporté à vos agents ?

 

Après les premiers tâtonnements du début (à cause du changement de chargé de mission), tout s’est déroulé conformément au cahier des charges. L’approche pédagogique et technique nous a donné entière satisfaction. Les agents ont été associés dès le début, avec un rétro planning clair, une liste de tâches précises à réaliser, un accompagnement sur le terrain concret, une mise en œuvre rassurante. Nos agents ont apprécié, par exemple, que le tri et l’élimination des produits phytosanitaires soient réalisés avec le technicien. Ils ont trouvé une écoute attentive à leurs inquiétudes et ont été rassurés quant aux solutions à mettre en œuvre.   

 

 

Le 30 juin 2018, Roger Fenet, maire de Tossiat a signé la Charte Régionale « Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages ». C’est un engagement fort, qu’est-ce qui vous a fait franchir le pas ?

 

Nous avons  réaménagé le lavoir situé en aval de la source de « La Chanaz » dont les eaux claires se jettent dans la Reyssouze par le biais du «Bief des Bottes» et de «La Léchère».

 

L’inauguration qui, le 30 juin, marquait la fin des travaux et avait donné lieu à une exposition des enfants de l’école sur le thème de l’eau était l’occasion idéale pour cette signature qui a eu lieu en présence d’un nombreux public.

 

 

 

La prochaine étape est le 1er janvier 2019 et l’interdiction aux particuliers d’acheter et d’utiliser des pesticides dans leurs cours et jardins, de quel œil voyez-vous cette nouvelle avancée ?

 

Comme beaucoup, nous sommes un peu désappointés par les hésitations, les tergiversations, voire les reculades du gouvernement en la matière.

 

Tossiat est un village caractérisé par  une  activité agricole moyenne, un petit vignoble, un habitatmajoritairement individuel possédant jardin d’agrément ou potager.

 

 

Pensez-vous mener des actions de communication auprès de vos administrés pour qu’ils se sentent plus outillés et sereins vis-à-vis de cette interdiction ?

 

Avant de se lancer dans le Plan de Désherbage Communal, nous avons organisé avec le Syndicat une soirée-débat autour d’un film (Pesticide mon amour), destinée au grand public, et qui a donné lieu à des échanges très riches,  parfois contradictoires, d’où leur intérêt. 

Cette première étape nous a permis de constater qu’il y avait des attentes de la part de nos administrés.

Laissez un commentaire