Moulin Brêt – Attignat

Classé dans : Travaux continuite | 0

Le projet

Le projet consistait à supprimer les deux vannes du moulin :

  • vanne clapet, permettant autrefois de diriger l’eau vers le canal d’amené du moulin
  • vanne guillotine, située à l’entrée de la Morte qui renvoyait l’intégralité des eaux vers le moulin lorsque celui-ci était en activité.

Dans l’emprise du projet, soit environ 2 km de cours d’eau, les pentes des berges, trop abruptes suite à l’abaissement du niveau de la retenue, ont été adoucies et végétalisées. Des épis et des banquettes ont été réalisés dans le lit du cours d’eau pour concentrer les écoulements en période de basses eaux.

La Renouée du Japon, plante très envahissante, avait élu domicile en différents points dans l’emprise du projet. La plante a été traitée dans le cadre de l’opération.

Plan aménagement Brêt

Vu en plan des aménagements du projet du moulin de Brêt

Les objectifs

  1. Rendre franchissable les ouvrages hydrauliques présents sur la Reyssouze et créer une continuité avec le Jugnon ;
  2. Remettre en eau la Morte, dépourvue d’eau depuis le blocage de la vanne en position basse ;
  3. Redonner une stabilité aux berges du cours d’eau et ainsi limiter leur érosion ;
  4. Apporter, à terme, de l’ombrage au cours d’eau pour tempérer les eaux en période estivale ;
  5. Diversifier les écoulements des eaux, améliorer certains de ses paramètres chimiques (taux d’oxygène par exemple) et la qualité des habitats aquatiques à moyen terme ;
  6. Améliorer la capacité d’auto épuration du cours d’eau.

Les travaux

Suppression des deux ouvrages du moulin

A proximité du moulin, la vanne clapet a été enlevée et son radier incisé. Une rampe en enrochement libre d’une pente d’environ 1 % a remplacé l’ouvrage. D’une longueur de 50 mètres, elle possède des blocs hors d’eau qui permettent de freiner la vitesse du courant et ainsi aux organismes aquatiques de la remonter sans difficulté.

Pour répondre aux besoins des propriétaires riverains, les piles de la passerelle présente avant travaux ont été renforcées pour pouvoir la conserver après travaux et l’ancien bras d’amené d’eau a été remblayé dans sa globalité.

Avant travaux

Après travaux

  • Remous de la vanne clapet passerelle
  • remous vanne
  • Passerelle
  • rampe en enrochements
  • vu aval rampe
  • rampe enrochements

Au niveau de l’entrée de la Morte, la vanne guillotine a été supprimée dans son intégralité (radier, piles et empellement). Une diffluence a été aménagée avec la création de banquettes dans le lit de la rivière. Le fond du lit du cours d’eau a été nivelé par rapport à la hauteur des radiers des ponts du chemin de Brêt et du chemin des cordiers permettant ainsi une répartition homogène des débits entre la Morte et la Reyssouze.

La Renouée du Japon, plante très envahissante, était présente aux abords de la vanne guillotine et en quelques lieux sur l’emprise du projet. Les parties végétatives de la plante et les matériaux terreux infestés par les systèmes racinaires ont été évacués dans un centre spécialisé.

Les nouveaux talus et les banquettes de la diffluence ont été recouverts d’un géotextile coco biodégradable permettant de maintenir la terre végétale les premières années après projet tout en laissant se développer la végétation.

Avant travaux

Après travaux

Diffluence avant travaux (vue pont des cordiers)

Vue aval de la vanne guillotine (crédit photo BURGEAP)

Aménagement diffluence (vue pont des cordiers)

Aménagement de la diffluence avant plantation

Restauration morphologique de la Reyssouze et de la Morte

En parallèle des travaux de restauration de la continuité écologique, les pentes des berges ont été adoucies puis les rives ont été réensemencées. Des banquettes, des épis et des blocs en enrochement ont été installés dans le lit du cours d’eau pour resserrer la largeur du lit et dynamiser la vitesse du courant de l’eau.

Des arbres et arbustes viennent agrémenter et consolider les berges. Pour finaliser l’opération, des hélophytes (plantes aquatiques) seront implantés sur les banquettes au printemps 2019.

Sur la Morte, un point bas dans la berge a été renforcé pour éviter les risques d’inondation sur les parcelles.

aménagement morte

Banquettes et enrochements dans la Morte

Banquette Reyssouze

Banquette sur la Reyssouze

Montant de l’opération : 320 000 € HT

Maîtrise d’ouvrage : Syndicat du Bassin Versant de la Reyssouze

Maîtrise d’œuvre : BURGEAP

Entreprises mandatées : FAMY et Parcs & Sports

Avec le concours financiers de :

Agence de l’eau RMC (50%)

Région Auvergne Rhône-Alpes (15%)

Département de l’Ain (15 %)

Partenaires financiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *