Les moulins et l’aménagement de la Reyssouze

frise_chronologique(1)La Reyssouze est, depuis le XIIème siècle au moins, façonnée par l’homme. Le développement des activités autour des moulins a profondément modifié le fonctionnement naturel de ce cours d’eau, long de 75 km. 37 moulins accompagnent le cours de la rivière et génèrent un profil en escalier souvent infranchissable.

L’implantation de tous ces moulins permet de dire que la Reyssouze est une rivière construite. Dès lors, le tracé de la Reyssouze est profondément modifié. Pour permettre aux moulins d’obtenir une chute d’eau nécessaire au développement de leurs activités, des travaux de détournement du cours d’eau sont réalisés. Pour augmenter le dénivelé entre l’amont et l’aval du moulin, l’homme a déplacé le cours des rivières sur les flancs de la vallée. Certaines prairies sont par conséquent en dessous du niveau de la rivière. Sur les cartes IGN, l’ancien lit de la rivière se devine encore. Cet ancien cours, parfois encore en eau, s’appelle « La morte » ou « La vieille Reyssouze ».

carte IGN Servignat
Cartographie IGN de la Reyssouze au moulin de Servignat (source : IGN, 2016)

 

Suite à l’automatisation d’une quarantaine d’ouvrages hydrauliques au droit des moulins, les opérations du SBVR consistent maintenant à rétablir la continuité écologique tout en préservant les usages.

Éléments clés de notre patrimoine et du paysage, ces moulins témoignent d’une activité économique aujourd’hui disparue mais demeurent une source potentielle d’énergie verte et renouvelable (hydroélectricité).