L’urbanisation croissante

frise_chronologique(3)L’urbanisation a aussi une part de responsabilité importante dans la dégradation de la Reyssouze.
Elle entraine une imperméabilisation des sols (routes, parkings, toitures, ..). Depuis 1970, les superficies naturelles sur le bassin de la Reyssouze (prairies, forêts) ont diminué de 3950 ha au profit de surfaces imperméabilisées. Lorsqu’il pleut, l’eau ne s’infiltre plus, elle est canalisée puis concentrée en certains lieux. Parallèlement, les zones inondables sont bâties (zones industrielles ou lotissements à faibles prix). La sévérité des crues ne cesse de croitre.
Bourg-en-Bresse - 1941
Bourg-en-Bresse - 2000
La concentration des populations concentre par ailleurs les rejets polluants (domestiques, industriels). Les stations d’épurations anciennes ou devenues, par la force des choses, sous-dimensionnées ne jouent plus leur rôle. Pollution et « eutrophisation » augmentent.