La modification des pratiques agricoles

frise_chronologique(4)Associées à l’urbanisation, les modifications des pratiques agricoles sont aussi une des causes du dysfonctionnement de la Reyssouze.
L’intensification et les modifications des pratiques agricoles remplacent les prairies inondables des bords de la Reyssouze par des champs de maïs et des peupleraies. 7300 ha de prairies permanentes ont disparues au profit de 3800 ha de terres labourables (qui augmentent le ruissellement lorsque le sol est nu). La flore sauvage caractéristique des bord de rivières s’appauvrit parallèlement.


Les champs sont drainés, les haies supprimées. Entre 1979 et 1988 les surfaces drainées ont été triplées. Elles atteignent 9 % du territoire. Si l’impact du drainage sur le ruissellement est difficile à quantifier, le curage des fossés agricole qui l’accompagne entraine, lui, une accélération des écoulements de surface.
Les sols compactés sous le poids des engins et complètement désherbés en hiver favorisent, par ailleurs, l’écoulement des eaux de pluie et accélèrent les crues.
Cultures et élevages intensifs favorisent le sur-emploi d’engrais et de phytosanitaires. Leurs mauvaises utilisations augmentent la pollution et l’eutrophisation.