Zonation longitudinale

Classé dans : Uncategorized | 0

Toute rivière de sa source à son embouchure est un ensemble fonctionnel. Cet ensemble est une mosaïque de milieux très différents qui permettent la vie d’espèces animales et végétales très variées.

Les caractéristiques géomorphologiques d’une rivière évoluent progressivement depuis sa source jusqu’à son embouchure. Cette évolution est principalement due à la pente.

erosion transport sedimentationEn amont, la pente de la rivière est forte. Le courant est donc important. La rivière érode et entraine sables, graviers et cailloux. La rivière est étroite, et peut être complétement cachée par les arbres. La production primaire est faible. Par contre de nombreux insectes, brindilles et fragments de végétaux tombent dans l’eau ce qui permet aux végétaux et animaux aquatiques de se nourrir. L’eau est généralement fraiche et bien oxygénée. Cette partie est appelée cours supérieur.

Plus en aval, la pente diminue, la rivière s’élargit. Les processus de sédimentation commencent. Le fond est constitué de galets et graviers. C’est la zone de transport ou cours moyen de la rivière. La température de l’eau augmente. La production primaire (algues, végétaux) y est plus importante.

Vers l’embouchure, dans la plaine, la pente est de plus en plus faible. La rivière s’élargit et le courant diminue. Les matériaux les plus fins sédimentent. Le fond est alors plus ou moins vaseux. Les méandres sont nombreux. Dans les eaux plus chaudes, la végétation est développée. C’est le cours inférieur ou zone de stockage.

Ce gradient de conditions physiques influe sur les communautés biologiques et permet de définir 4 zones piscicoles.

A un niveau plus local, l’hétérogénéité de la rivière s’exprime par des alternances de radiers ou seuils (faible hauteur d’eau, vitesse de courant importante, érosion dominante) et de mouilles (hauteur d’eau importante, vitesse de courant faible, sédimentation dominante).

radier mouille